Vase à potions

Beau vase à potions présentant la figure emblématique d'un chef shaman aux traits félins, sa bouche géométrisée est ouverte et montre les crocs.

Ses yeux modelés en relief évoquent la prise d'un hallucinogène. Il porte un large collier avec amulette triangulaire et sa tête est ceinte d'une couronne à décor torsadé. Cette oeuvre nous offre une double lecture et présente à l'arrière la figure totémique du dieu Hibou aux belles formes géométrisées. Terre cuite polychrome, beaux restes d'oxyde de manganèse localisés.


Origine : Chavin du Maranon, Région de Ucayali et du Maranon Moyen, Pérou, 700 - 200 avant JC.


Dimensions : 35,5x14x15cm


Bibliographie, pour une oeuvre très proche : « Chavin. Arte y tésoros del Peru », José Antonio De Lavallé, Werner Lang, Banco de credito del Peru, Lima 1984, p.55 et en couverture de l'ouvrage.
"Arte E Historia del Pérou Antiguo », Duccio Bonavia, Ed. Banco del Sur, Ariquipa, Pérou, 1994 p.69, fig.43
Un test de Thermoluminescence effectué par le laboratoire allemand Ralf Kotalla, en date du 5 Juin 1991, situe cette œuvre dans la période donnée et sera remis à l'acquéreur.
Description du vase par Ferdinand Anton dans le cadre de la préparation de l'ouvrage « Chavin du Maranon » :
« Avant et arrière d'une bouteille d'argile polychrome représentant un félin divin. L'avant et l'arrière sont différents rien qu'en considérant l'exécution formelle. En soulignant l'aspect physique, en particulier le nez, une partie de l'œil et les joues, on se trouve confronté, sur la face de la céramique, à une divinité plus humaine que divine, tandis qu'à l'arrière du récipient, l'artiste a préféré utiliser la surface pour représenter des motifs. Cette dualité de pensée (qui vient plus d'une expérience sensible que pratique) devient particulièrement évidente quand elle est comparée à l'iconographie de la Stèle Raimondi. Ce qui est remarquable sur cet objet, ce sont les yeux captant l'attention du spectateur : sur la face, ils sont en forme de U, et au dos, ils sont en forme de cercle. En outre, la divinité représentée sur la face porte un pectoral, peut-être ayant pour but de représenter la puissance d'un haut dignitaire, tandis qu'au dos de la céramique, l'artiste a préféré omettre cette indication. L'aspect religieux est souligné par un décor incisé sur la partie supérieure du récipient : des têtes de jaguar de profil stylisées, une indication qui intégrée à l'iconographie générale favorise ce thème du pouvoir surnaturel.
La collection Poli détient une céramique semblable. Néanmoins, avec cet pièce, seulement une des faces est prise en considération dans cette représentation et sa provenance (vallée de Jequetepeque) n'est pas certaine ».
Cette étude en allemand sera remise à l'acquéreur.

Estimation : 15000/25000
Résultat : 40 000 €

Scroll to top